"Dans la vie, il n'y a pas de solutions ; il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent."

 

Antoine de Saint-Exupéry.

 

  

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible."

 

Antoine de Saint-Exupéry.

 

 

Intervention lors de l'Assemblée plénière du 26/06/2014

Monsieur le Président,

Mes cher(e)s Collègues,

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais tout d’abord, au nom du Groupe PRG, souhaiter la bienvenue à notre collègue Elisabeth Josseaume.

Je commencerais mon intervention en revenant sur les cérémonies du 6 juin dernier. Nous avons vécu un moment d’émotion intense, rempli de solennité et de dignité, avec une  résonance internationale particulièrement marquée.

Ces cérémonies commémorant le 70ème anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie ont été une totale réussite,  nous nous en félicitons. Notre territoire a été mis à l’honneur. Notre région s’est montrée sous son plus beau jour, devant les caméras du monde entier, sous un soleil éclatant.  On ne pouvait espérer mieux. Ce sont des retombées extraordinaires pour notre région, en termes de notoriété et de promotion. 

Et bien sûr, ces commémorations, ce sont aussi des lieux. Nous rappelons, Monsieur le Président, tout le travail fait en faveur de l'inscription des plages du débarquement au patrimoine mondial de l'humanité et nous nous réjouissons du soutien exprimé du Président de la République sur la plage de Sword, devant cet aréopage de dirigeants internationaux.

2014 est bien l’année de la Normandie !

Le 70ème, les Jeux Equestres Mondiaux, le Championnat du Monde de kayak-polo à Thury-Harcourt, le rétablissement du caractère maritime du Mont Saint-Michel.
Tous ces événements valorisent la destination Normandie auprès des visiteurs du monde entier et conforte la filière touristique.

Avec un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros et 24 000 emplois salariés, le tourisme est une des filières économiques majeures de notre région. Et bien sûr, le tourisme de mémoire y figure en bonne place.

Tout à l’heure, nous voterons le rapport concernant le contrat de destination "Tourisme de mémoire en Normandie" impulsé par l’État, Atout France, le Comité régional du tourisme de Normandie.

Il permettra à notre territoire d’accéder à une place de premier plan et de mettre en avant les des valeurs de paix, de réconciliation et de liberté si chères à notre Région. Développer un tourisme porteur de sens et de valeurs conforte l’idéal républicain que nous partageons tous.

J’évoquerais également la signature d’une déclaration d’engagement pour le maintien d’un site mémoriel à Falaise et rendant possible l’ouverture d’un Mémorial des civils dans la guerre pour 2016. Ce musée sera une première. À ce jour, aucun lieu n’a été pleinement dédié à l’histoire des victimes civiles de la seconde guerre mondiale. Il contribuera à enrichir la qualité du tourisme de mémoire.  Ce projet s’inscrit dans une volonté de reconnaissance des victimes civiles, soulignée par la cérémonie nationale d’hommage aux victimes civiles présidée par la Président Hollande au Mémorial de Caen, qui a ouvert la journée de commémoration du 6 juin.

D’une part de grands évènements qui portent haut la renommée de notre territoire,  et j’aurais pu aussi parler la volonté d’inscrire la Normandie comme la destination Cheval en France, ou encore de la prochaine édition de Normandie Impressionnisme, d’autre part, une attention particulière  portée au quotidien des bas-Normands

Notre ordre du jour illustre particulièrement bien tout ce que le Conseil Régional accomplit sur notre territoire.
Bien que ne détenant pas la compétence en matière de santé, la question de l'accès aux soins est fondamentale. L'accès aux soins partout et pour tous est  une exigence territoriale et sociale.
Il faut répondre aux besoins de la population en termes de santé publique, veiller au principe d’égal accès aux soins et à des soins de qualité. 

La Région BN est engagée et mobilisée depuis plusieurs années auprès de tous les acteurs de la santé et des collectivités locales.

Nous reconduirons pour 2014-2020, la « charte partenariale sur l’offre de soins ambulatoire et sur le déploiement PSLA en Basse-Normandie.

Mais la situation de notre région au regard de la démographie médicale commande que l'effort soit maintenu en faveur de l'accès aux soins pour tous. En tant qu'élus, nous savons qu'une politique de santé proactive doit accompagner et anticiper les transformations de notre société en participant à l'émergence de la médecine de demain, en favorisant de nouvelles pratiques et de nouveaux outils.

Dans le chapitre Environnement,  j’évoquerai également les projets soutenus dans le cadre de l’ARCENE, avec la plateforme régionale pour la qualité environnementale du bâti.
Le contexte de la construction a fortement évolué et notamment dans le cadre du « Grenelle de l’Environnement » et de ses suites. Le secteur du bâtiment est le secteur  économique le plus énergivore de notre pays.

Il faut développer la qualité environnementale des constructions neuves et existantes en Basse-Normandie, enrichir et diffuser les bonnes pratiques, développer et promouvoir les compétences régionales et les filières locales de production d’éco-matériaux.

La  volonté de la Région est toujours d’associer l’ensemble des acteurs du territoire à sa démarche, pour faire en sorte que nous avancions ensemble vers un développement  soutenable de notre territoire, en phase avec notre Agenda 21.

Nous évoquerons évidemment les chèques éco-énergie, encore une politique de proximité que nous avons souhaité poursuivre, et qui s’inscrit dans le cadre plus global de la politique de transition énergétique.
Le secteur du logement est en Basse-Normandie le deuxième producteur de gaz à effet de serre après le transport. La rénovation de l’habitat se doit donc d’intégrer cette préoccupation de réduction importante des consommations tout en assurant le confort des usagers.
Et puis nous parlerons aussi Economie avec la Réalisation du programme « Création, reprise et transmission des entreprises artisanales » qui permet de développer des actions en faveur des jeunes et des auto-entrepreneurs, déploiement de la « clé starter 50 », optimisation de l’organisation territoriale.
Après la création vient le développement de l'entreprise, puis  vient la transmission ou sa disparition.
Ce sont des phases cruciales dans la vie de l'entreprise. Il est important que la Région adapte sa politique en faveur de l’entreprenariat.

L’un des éléments essentiels d’une politique de développement régional fructueuse, qui demeure une priorité pour la prochaine période de financement, consiste à soutenir les PME et à favoriser le renforcement de leur compétitivité.
Les mesures en faveur de la création d’entreprises et de leur croissance sont des moyens  essentiels par lesquels la politique de cohésion aide les économies régionales à prospérer.

Nous aurions pu  parler bien-sûr Transports, avec le financement d’études pour la LNPN, Jeunesse avec l’incontournable Cart’@too, qui aide et accompagne les jeunes et leurs projets. Il est nécessaire que les jeunes, s'ouvrent à la culture, au sport, à l'Europe et au monde, condition de l'épanouissement des individus.

Les jeunes ne sont pas égaux dans ce domaine : les initiatives prises par la Région visent précisément à ce que tous puissent participer à cette ouverture.

Et puis je ne peux conclure mon propos sans aborder la réforme territoriale lancée par le Président de la République. Soulignons le courage et la détermination dont font preuve le Président de la République et le  gouvernement à ce sujet.

Le  Parti Radical de Gauche n’est pas opposé à des modifications de l’organisation territoriale  et prend activement part à la discussion,  au dialogue approfondi sur cet enjeu important pour notre pays et pour notre démocratie.

"Gouverner c'est Prévoir". Telle était la devise de Pierre Mendès-France, Radical, qui attachait beaucoup d'importance aux territoires, notamment au sien… la Normandie. Sa formule peut être étendue aux nécessaires réflexions sur l'avenir de la Basse-Normandie. En cette période, elle prend tout son sens.

Sans préjuger de l’issue des discussions parlementaires, Basse et Haute Normandie vont enfin être réunies. Nous sommes très heureuses de cette annonce.

Les bas-normands ont portés avec conviction ce projet de réunification auquel quelques Hauts-normands ont longtemps résistés.

Le bon sens et la clairvoyance des bas-normands se sont imposés.

La Normandie comptera 3,3 millions d'habitants et son PIB atteindra plus de 86 milliards d’euros. Tout devra être fait et tout sera fait pour que l’élargissement du territoire ne se fasse pas au détriment de la proximité des politiques.

Car au-delà de la simplification et des économies engendrées à moyen terme, c’est bien du quotidien et de l’avenir de nos concitoyens dont il s’agit : l’organisation de leurs transports, leurs emplois,  l’éducation de leurs enfants, leurs entreprises, l’aménagement des territoires, la présence et la qualité des services publics. Les deux régions présentent des atouts similaires et de fortes synergies et leurs économies sont complémentaires.

Reste la question de la capitale. Alors Rouen ? Ou bien Caen ?

La proximité avec l’ensemble du territoire normand, c’est Caen. Caen est tout naturellement le pôle structurant en matière d’aménagement et d’ingénierie territoriale. Caen Capitale donnera l’équilibre nécessaire à cette réforme territoriale et sera un des moyens d’éviter une fracture territoriale.

Alors Caen Capitale, une évidence oui, comme l’est aujourd’hui la réunification.  Et sans doute, n’y a-t-il qu’en Normandie que cela pose question.

Tout comme nos collègues Radicaux de Gauche de Haute-Normandie, nous voulons une Normandie forte dans une Europe plus juste.

 

Muriel Jozeau-Marigné