"Dans la vie, il n'y a pas de solutions ; il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent."

 

Antoine de Saint-Exupéry.

 

  

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible."

 

Antoine de Saint-Exupéry.

 

 

Intervention lors de l'Assemblée plénière du 15/10/2015


Monsieur le Président,


Chers collègues,


Le mot de la fin me revient donc.

L’occasion m’est offerte pour la dernière fois de prendre la parole à cette tribune, en tant que Présidente du Groupe des Radicaux de Gauche, et ce n’est pas sans émotion que je m’adresse à vous.

Cette dernière séance du Conseil régional de Basse-Normandie constitue un moment historique.

Nous aurons passé presque 6 ans ensemble et ce fut une expérience exceptionnelle.

Une expérience collective hors du commun et si enrichissante !


Quel chemin parcouru ! Combien de débats, parfois très animés, de réflexions, de thèmes abordés, au service de cette belle région qu'est, qu’était la Basse-Normandie, et au service de ses habitants.


Au nom du groupe PRG, je voudrais d’abord remercier Laurent Beauvais, pour tout le travail mené, son courage politique, sa disponibilité, sa rigueur intellectuelle, son respect et son écoute de tous les élus. Vous avez toujours voulu le meilleur avenir pour les Bas-Normands. Votre travail, votre vision, Monsieur le Président, ont permis d’ouvrir des perspectives ambitieuses pour la Normandie.


Cette expérience fut également exceptionnelle grâce à la compétence et la disponibilité des agents de la région. Je tiens à remercier Arnaud Boyer et le cabinet, et j’ai une pensée aussi pour Bruno Godet.


Merci à François Ravier, Directeur Général des Services, véritable chef d’orchestre, et tout le personnel de la Région, que ce soit en ou hors les murs. Bernard Cazeneuve, début 2010, m’avait dit que je rencontrerais des personnels de grande valeur. Il avait raison, une fois de plus.


Merci aussi à toutes celles et tous ceux qui ont accompagné Annie Anne. En 2012, Annie a mis ses pas dans les pas d’Alain Tourret et a su brillamment faire sienne de la belle délégation qui lui avait été confiée.


Je voudrais aussi remercier François Lorfeuvre, Sandrine Couillandeau, Olivier Lemaitre, Juliette Henri et Sandrine Lecointe qui m’ont accompagnée dans ma mission. J’ai pu apprécier leur remarquable engagement, leurs très grandes compétences et leur disponibilité. Merci à eux.


Cette mandature fut exceptionnelle enfin par le dévouement de tous les élus de cette assemblée. J’ai rencontré ici des collègues sincères et sympathiques, nous n’étions pas toujours tous d’accord, mais c’est la démocratie. Les partis populistes critiquent les élus. Je souligne pour ma part leur disponibilité et leur abnégation. C’est en tout cas le ressenti de mon expérience. Le Conseil régional est vraiment une belle institution.


Et puis, j’ai un autre remerciement à adresser. Il s’adresse à Jean-Karl Deschamps. Merci pour ta confiance. Ensemble, nous avons accompli un beau travail. Je pense que nous avons été précurseurs sur plusieurs sujets environnementaux, notamment sur la gestion durable de la bande côtière. La voix de la Région s’est fait entendre et son action a été reconnue. Je suis convaincue que l’Homme doit repenser sa place dans son environnement et agir en connaissance de cause. Les Radicaux de Gauche ont toujours été sensible à l’Ecologie. Rappelons-nous Michel Crépeau.

Ainsi, grâce à toi, j’aurai eu la satisfaction de me sentir utile dans l’accomplissement de mes responsabilités, au sein d’une majorité qui l’aura été tout autant.


Et puis bien sûr, merci à Annie Anne et Josiane Tomasetto, mes complices, et à notre collaborateur de groupe.


Le mandat qui s’achève aura été très dense pour le Conseil Régional de Basse-Normandie. Dans un contexte national et international difficile, notre majorité régionale n'a jamais baissé les bras. Nous avons démontré notre capacité à agir vite, avec responsabilité, en bonne intelligence et dans le respect de la diversité de notre majorité. Nous avons non seulement géré, mais nous avons aussi su innover, malgré les contraintes.


Nos priorités ont été de protéger les emplois et anticiper les mutations économiques, d’innover et de faire émerger des filières industrielles d’avenir et des éco-filières, de favoriser la réussite scolaire et l’autonomie des jeunes, de répondre aux besoins de déplacements.


Notre Région est devenue un acteur incontournable par sa capacité à rassembler et fédérer les énergies, par sa politique d'investissement au service du développement économique, par son intervention renforcée et réformée dans ses grands domaines de compétence. – la formation professionnelle, l'éducation et l'enseignement supérieur, l'aménagement du territoire et le transport. Son action en faveur des territoires a été marquée par la priorité accordée aux initiatives locales.


Enfin, la jeunesse était au cœur de la plupart de nos politiques. Le Conseil régional a agi pour faciliter l'insertion des jeunes dans la vie professionnelle et dans la société en les considérant comme des citoyens responsables et à part entière.


Durant ce mandat, nous, Radicaux de Gauche, avons toujours été présents et avons travaillé, dans la tradition radicale, à apporter des solutions fortes et innovantes. Progressistes, humanistes et laïques, nous avons voulu faire prospérer les valeurs de la République, en imaginant toujours le meilleur avenir pour le territoire bas-normand et ses habitants. Malgré un contexte difficile, chacun mesurera le chemin parcouru et l’ampleur du travail accompli.

Quand il a fallu combattre, nous avons été présents et nous avons apporté notre concours.


En 2010, une majorité des électeurs Bas-Normands avait souscrit au projet que nous proposions. Il n’est pas question de faire un inventaire à la Prévert de toutes les politiques publiques dont nous nous sommes dotés. En tous cas, nous avons été réactifs et inventifs, en nous adaptant à un contexte sans cesse mouvant, en progressant, en ouvrant de nouvelles voies, ensemble.


Je le disais, nous avons toujours eu l’emploi comme priorité absolue, toujours et encore. En matière d’économie, nous avons soutenu l'innovation pour améliorer la compétitivité des entreprises et avons accompagné le développement de technologies innovantes et respectueuses de l'environnement. Je veux parler notamment de la transition industrielle et énergétique, de l’économie numérique, de l’innovation sociale.

Le travail a été fait, en profondeur, par une majorité unie, avec toujours l’ambition de défendre notre région. Le tout dans un contexte difficile car notre pays traverse une crise aux multiples facettes. Les attentes des Français sont grandes et les réponses souvent jugées insuffisantes.

Ici, en Basse-Normandie, nous avons fait le choix du bouclier social et écologique quand d’autres ne jurent que par des réductions de la dépense publique qui fragilisent les plus modestes et par conséquent engendrent des injustices. La cohésion, la cohérence, l’esprit d’équipe se sont imposés à nous, pour faire face et surmonter les difficultés.

Nos concitoyens attendaient de nous, des choix clairs, du travail, une écoute permanente, une présence sur le terrain et des résultats, et nous avons toujours agi en visant toujours le meilleur pour le territoire et ses habitants.


Notre bilan plaide pour nous.


Nous avons cultivé la proximité parce que la proximité et le contact sont plus que jamais nécessaires.


Mais s’il ne fallait retenir qu’une chose de cette mandature, c’est bien sûr la réunification normande. Beaucoup en rêvait, la droite en parlait. Mais, c’est bien un gouvernement de Gauche qui aura réunifié la Normandie.


La fusion va donner un élan extraordinaire à notre nouvelle région. La Normandie est en marche !

Les Radicaux de Gauche, à commencer par Alain Tourret, ont toujours milité quant à l'urgente nécessité de faire l'unité régionale normande. La fausse question très polémique de la "capitale" a trop longtemps pollué la question de la "réunification". Pour équilibrer les choses, Alain Tourret a introduit un amendement d’une importance capitale (pardon pour le jeu de mot) puisqu'il prévoit que les organes de direction d'une région puissent se trouver dans une autre ville que le siège de l’État en région. Les atouts de la Normandie sont remarquables. Elle a un potentiel extraordinaire qui va permettre de renforcer son attractivité. La Normandie, équilibrée, regardera autant vers la Grande-Bretagne, l'Ouest, les Pays de la Loire et la vallée de la Seine. La réunification est une chance unique pour tous les Normands. D’autres événements ont évidemment marqué le mandat.


J’aurais pu parler du rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel, du 70ième anniversaire du Débarquement, des Jeux équestres mondiaux qui ont été des grands évènements de portée mondiale. J’aurais pu parler de l’arrivée des Énergies Marines Renouvelables sous et sur les eaux de la Manche. Le défi énergétique est l’un des enjeux essentiels des décennies à venir.

J’aurais pu parler du ferroviaire, et de tant d’autres sujets, mais le temps m’est compté.


Notre groupe a toujours été solidaire sur les grands choix. Mais, notre vote n’a jamais été automatique ou mécanique. Tout en étant des partenaires loyaux et fidèles, nous avons exercé notre liberté d’action et de vote. Nous avons par exemple été opposées à la création du CFA de l’enseignement privé catholique. (février 2014) Pour certains votes, les voix des radicaux de Gauche ont été déterminantes. On ne saurait, enfin, passer sous silence la laïcité si chère aux Radicaux de Gauche.


Monsieur le Président, vous le savez, nous avons un regret. Nous avons souvent demandé la création d’un observatoire régional de la Laïcité, pourtant un souhait du Président de la République. En vain. Souhaitons que la Normandie nous entendra sur ce sujet. Il aura fallu les tragiques événements de janvier dernier pour que la laïcité, une authentique laïcité soit replacée au centre du débat public. Et je suis fière que notre formation porte avec constance et cohérence cette valeur au sein d’un paysage politique qui, à gauche comme à droite, a trop souvent été fébrile pour la défendre.

La laïcité républicaine n’est pas une idéologie anti-religieuse, Elle est, tout au contraire, la garantie de cette liberté. Nous voulons une société plus humaine et plus juste, conciliant réalisme économique et progrès social. Aujourd’hui, la France paraît fragile et vulnérable. Blessée par la crise, le chômage, la précarité. Nous voulons une société qui ne laisse personne au bord du chemin, à l’écart du destin commun, une société qui soit main tendue et espoir partagé.


Cela porte un nom simple, très simple. Mais très nécessaire. Cela s’appelle la fraternité.


Un bilan est aussi l’occasion de regarder vers l’avenir. Le destin, ça se choisit.


En décembre, les Normands éliront une nouvelle assemblée, et une première mandature s’ouvrira dans une Normandie enfin réunifiée.


C’est le rôle des acteurs politiques et des partis que d’éclairer l’avenir et de rendre notre société plus juste et plus solidaire, tout en veillant à préserver les libertés de nos concitoyens.


Pasteur disait que « La grandeur des actions humaines se mesure à l’inspiration qui les fait naître ».


Les Radicaux de Gauche se feront entendre dans la grande et belle Normandie et incarneront, à côté de leurs alliés, une gauche républicaine, pragmatique, moderne, intransigeante sur ses valeurs, et sur son envie d’agir pour tous les Normands.


Belle et longue vie à la Normandie !


Muriel Jozeau-Marigné.