"Dans la vie, il n'y a pas de solutions ; il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent."

 

Antoine de Saint-Exupéry.

 

  

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible."

 

Antoine de Saint-Exupéry.

 

 

Intervention politique générale de Muriel Jozeau-Marigné, présidente du groupe PRG, lors de l’assemblée plénière du conseil régional de Basse-Normandie, le 18 avril 2015

Filfax du 12 mai 2015

Communiqué : Des droits de l’Homme particulièrement malmenés !

Caen, mercredi 22 avril 2015

 

Des solutions pour améliorer les conditions des prétendants à l’immigration

 

Les élues PRG à la région Basse-Normandie : Annie Anne, Muriel Jozeau-Marigné et Josiane Tomasetto, particulièrement attachées à la promotion des droits de l’Homme dans le monde, s’indignent de la situation dramatique des migrants transitant entre l’Afrique du nord et l’Europe dont le nombre de morts augmente chaque jour.

 

Ce flux migratoire qui découle de difficultés avant tout politiques, est un réel drame humain qu’il est important de traiter au mieux des intérêts des individus.

Le Groupe PRG à la région Basse-Normandie, rappellent le rôle de la région Basse-Normandie dans ses actions de coopération décentralisée sur le continent africain et notamment son soutien aux associations impliquées dans le développement local.

 

Les élues PRG espèrent que le sommet européen qui se tiendra jeudi 23 avril à Bruxelles sera le moment d’annonces fortes afin d’apporter une réponse rapide.

 

Un détenu français sous le coup d’une peine de mort

 

Par ailleurs, la situation de Serge Atlaoui émeut particulièrement les élues PRG du conseil régional de Basse-Normandie.

Les élues PRG sont hostiles à la décision rendue par la justice indonésienne d’appliquer la peine de mort et soutiennent la démarche diplomatique entreprise par l’état Français pour commuer la peine de mort en une peine plus adaptée.

 

Le PRG s’est toujours battu contre la peine de mort qui n’est plus en vigueur dans notre pays depuis 1981. Il existe toujours des sentences plus respectueuses de la dignité humaine. Les élues PRG rappellent que le droit à la vie est un droit fondamental inscrit dans la constitution française.

 

 

Pour les Elues du Groupe Parti Radical de Gauche

du Conseil régional de Basse-Normandie,

Muriel Jozeau-Marigné, Présidente du groupe PRG

Annie Anne au parlement européen des jeunes, le 17 avril 2015. 

Au nom du Conseil régional de Basse-Normandie, Annie Anne a ouvert la première session du parlement européen des jeunes à Trouville. Cette action portée par la délégation d’Annie Anne exprime pleinement l’une des priorités  du PRG : l’ouverture de la jeunesse sur l’Europe. Pendant 3 jours une cinquantaine de jeunes se sont rencontrés afin d’échanger sur les questions liées à l’environnement et ont fait des propositions qu’ils transmettront au parlement européen.

 

http://www.ouest-france.fr/des-lyceens-ont-organise-le-parlement-des-jeunes-3343052

 

Mise en ligne le 22 avril 2015

Intervention de Muriel Jozeau-Marigné, présidente du groupe PRG, lors de l’assemblée plénière du conseil régional de Basse-Normandie, le 9avril 2015

Face à l'incapacité de prendre des décisions au niveau international contre le dérèglement climatique, la Basse-Normandie prend ses responsabilités.

Muriel Jozeau-Marigné, conseillère régionale, chargée de la politique de l’eau et du littoral, a exposé la stratégie de gestion de la bande côtière, lors de la présentation du 5ème volume du rapport sur le climat de la France au XXIe siècle, le 25 mars au ministère de l’Écologie.

 

A la suite d'une évaluation alarmiste d'un point de vue financier, écologique et technique de la gestion de la frange côtière au coup par coup, la région Basse-Normandie sous la responsabilité de Muriel jozeau-Marigné a choisi de développer une réponse d'ensemble. Cette réponse associe concertation, adaptation et développement durable.

La réalité est qu'il est impossible de protéger de manière identique les 470 Km de côtes face à l’élévation du niveau de la mer sans un coût si faramineux que la région Basse-Normandie n’envisage plus cette option, pose en introduction Muriel Jozeau-Marigné. La Basse-Normandie est pleinement concernée par la montée des eaux, en plus d'être confrontée à une érosion naturelle de son littoral et en particulier de ses falaises. Pendant des années, le conseil régional a financé des ouvrages de protection qui coûtent très chers.

 

Le déplacement des populations côtières du Calvados entraînerait une dépense de 2 milliards d’euros. Et la même opération dans la Manche demanderait le triple. Entre les 15 000 habitations et les 2 000 kilomètres de routes côtières, une délocalisation coûterait 15 milliards d’euros. L’irréalisme d’une telle dépense pousse les territoires à imaginer d'autres politiques. La diffusion de ces chiffres et des cartes des territoires concernés a suscité une prise de conscience et un large débat chez les élus locaux souvent dans le déni, dont certains portaient des projets d’aménagement sur ces sites vulnérables

 

 

La mise en œuvre de la réponse est de trois ordres.

 

Assurer une adaptation fluide

Tout d'abord, il s'agit d'apporter une réponse écologique en s'adaptant progressivement à un environnement changeant sur lequel la main humaine n'aura pas de prise. L’idée d’une gestion durable se substitue à celle de la défense contre la mer. Il est nécessaire de s'adapter. Depuis 2007, La région a basculé dans une autre logique : le littoral est considéré comme un milieu dynamique, le trait de côte (limite terre-mer) est mouvant et il y a des zones où il faut laisser faire la mer. Cela peut vouloir dire abandonner à terme des habitations, des bâtiments, des campings, etc. Quant aux futurs aménagements, l'une des options retenues est de ne rien faire en bordure du littoral. C'est une options difficiles à accepter tant pour les élus que pour les citoyens. C'est une situation délicate face à la prise de conscience du risque, mais les mentalités doivent changer.

L'adaptation passe aussi par l'adaptation à évolution profonde ainsi  Les eaux douces souterraines seront de plus en plus exposées aux intrusions salines. Et sur la frange côtière, Les champs de poireaux vont céder la place aux prés salés. Les terrains aujourd’hui voués à la culture maraîchère se reconvertissent en prés salés avec de nouvelles opportunités économiques. L'agriculture, l'élevage, l'aquaculture et l'urbanisme vont être modifiés.

 

Assurer une démarche concertée de développement durable

Ensuite, pour répondre à la situation une démarche d'accompagnement est proposée par la région. Le but est de stimulé les réponses cohérentes. Pour chaque bassin côtier qui  structure le littoral, les collectivités concernées ont pu répondre à un appel à projet. Lancé en 2014, Le succès  de l'appel à projet a été total : la quasi-totalité des collectivités du littoral s'est manifestée. Les réponses ont débouché sur une formation auprès de 130 élus locaux.

 

Assurer un financement de projet pour des réponses à long terme

Enfin, la sensibilisation issue des cinq rapports sur « Le climat de la France au XXIe siècle », trouve désormais son prolongement dans les collectivités les plus directement concernées par  la mise en place d’un cadre de gestion durable de la bande côtière grâce à un projet porté unanimement par conseil régional depuis octobre 2012,

A partir de maintenant, le conseil régional apportera un appui technique et financier aux acteurs locaux qui bâtiront des stratégies à 20, 50 et 100 ans. Dans le pays de Coutances (Manche), le travail de diagnostic et de réflexion sur l’adaptation à long terme s’engagera d’ici l’été 2015. L’appel à projet régional a vocation à devenir permanent et devra trouver des partenaires financiers – est notamment visée l’agence de l’eau Seine-Normandie pour assurer sa pérennité.

 

Mise en ligne le 8 avril 2015

Les élues PRG du Conseil régional de Basse-Normandie accueillent très favorablement la reprise des ateliers AIM en société coopérative.

A l'issue de l'audience, le tribunal de commerce a décidé la poursuite de l'activité. L'abattoir AIM de Sainte-Cécile sera repris par ses salariés.

 

Pour le PRG les coopératives sont un moyen de développer et de maintenir localement l’activité et l’emploi.

 

Les coopératives sont un modèle qui permet de renforcer le lien entre les différentes parties prenantes de la chaîne dont les éleveurs locaux, l'établissement de découpe, le réseau de distribution en circuit court. Ceci induit dans un premier temps un redimensionnement de l’outil en tenant compte des besoins actuels.

Mais dans l’avenir nous pouvons espérer que les outils d’aide aux entreprises développés par la région permettront à la nouvelle coopérative de développer de la valeur ajoutée en fournissant pourquoi pas des produits transformés comme des plats préparés ou des pièces de boucher déjà conditionnées.

 

Les coopératives sont un moyen d’entreprendre de manière responsable et solidaire en maintenant les bénéfices de l’entreprise au niveau local par une redistribution qui favorise la consolidation de l’outil de production, la rémunération des salariés et le développement.

 

Les coopératives sont un modèle de gouvernance originale qui s’appuie sur l’implication de tous ses salariés. Une fois relancée, l’abattoir deviendra par son statut de propriété collectif un outil non délocalisable. Son modèle de gouvernance permettra sa pérennité grâce au dialogue social permanent intrinsèque à la gestion collaborative.

 

Les élus du groupe Parti Radical de Gauche

à la région Basse-Normandie

Annie ANNE

Muriel JOZEAU-MARIGNE

Josiane TOMASETTO

 

Mise en ligne le 2 avril 2015

Expression des élues PRG à l'occasion du 8 mars : Journée internationale pour les droits des femmes

Le PRG soutient la décision du directeur du Mémorial.

Le groupe Parti Radical de Gauche du Conseil régional de Basse-Normandie qui a toujours défendu les valeurs attachées à la liberté d’expression, aux droits de l’Homme et à la laïcité, prend acte et partage la décision de Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial de Caen, de reporter la 5ème rencontre internationale du dessin de presse. Le PRG s’émeut que le contexte actuel ne permette pas de tenir un tel événement. Le PRG a bien noté qu’il ne s’agissait que d’un report et les Radicaux de Gauche seront aux côtés des organisateurs lors de la prochaine édition. »

 

Le 27 février 2015

Intervention de Muriel Jozeau-Marigné, présidente du groupe PRG, lors de l’assemblée plénière du conseil régional de Basse-Normandie, le 26 février 2015


Assemblée plénière par RegionBasse-Normandie

Des lycées normands partent dans le Hordaland

Annie Anne et son Homologue norvégien lors de la signature de l'accord.
Annie Anne et son Homologue norvégien lors de la signature de l'accord.

 

L’éducation et les échanges internationaux sont au cœur des priorités du PRG,

Annie Anne, Vice-Présidente aux relations internationales, apparenté à la majorité régionale,

a signé une convention de réciprocité entre la région Basse-Normandie et la région du Hordaland en Norvège pour le départ de lycéens Normands dans ce  comté durant 2 mois.

Après avoir accueilli 4 élèves de 2 lycées norvégiens en 2011 puis 14 élèves norvégiens et 4 lycées en 2014 en Basse-Normandie. Cette année, ce sont des lycéens de 4 lycées Bas-Normands qui partiront en Norvège dès le mois d’avril.

Une réussite qui permettra aux jeunes de découvrir une nouvelle culture et un environnement scolaire différent. Il s’agit également d’une expérience humaine très profitable pour la construction  du citoyen.

L’ouverture à l’Europe et au monde sont une priorité du PRG et de la région. Ces échanges permettent de construire une nouvelle citoyenneté, de partager des valeurs d’ouverture, de découvrir les langues et de participer aux échanges internationaux.

 

Mise en ligne le 25 février 2015

Journée des radicaux Normands

Samedi 31 janvier, les adhérents du Parti Radical de Gauche se sont réunis pour réfléchir à la plus-value radicale qu’ils souhaitent apporter à la construction de la Région Normandie.

Une centaine de militants et d’élu-es issu-es des cinq départements Normands, ont travaillé une journée entière sur les enjeux de la NORMANDIE UNIFIEE et la formulation de propositions regroupées sous l’appellation de « Plus-value Radicale ».

Pour enrichir leur réflexion, les militants ont eu l’occasion d’échanger pendant la journée avec des chercheurs, des entrepreneurs, des militants associatifs et des élus... Ce travail se poursuivra le mois prochain.

Les élues du groupe PRG bas-normand ont participé à cette journée d’échange avec les militants sur les projets qu’ensemble, ils souhaitent porter pour la construction de la future Normandie réunifiée.

Cette journée a permis d’écouter les propositions des militants autour des sujets que le PRG porte de manière récurrente : solidarité, proximité, laïcité,  développement des économies bleues, vertes, sociales. A la suite de cette journée, Annie Anne, Muriel Jozeau-Marigné et Josiane Tomasetto,  se sont appropriées les propositions produites par les militants. Lors d’une prochaine journée de travail, cette liste sera complétée des propositions des élus régionaux. Une restitution de l’ensemble des propositions sera faite aux militants fin février.

 

Mis en ligne le 4 février 2015

Annie Anne a introduit la journée « Do the Right (s) thing ! »

Jeudi 22 janvier, Annie Anne, Vice-Présidente aux relations internationales et aux droits de l’Homme, a participé à la journée « Do the Right (s) thing » cette journée était impulsée par l’Europe, mise en place par l’Institut International des Droit de l’Homme et de la Paix et le rectorat et soutenue par la région.

 

Cette journée de promotion de la citoyenneté et de la jeunesse, s’inscrit dans la droite ligne des valeurs d’éducation et d’humanisme que porte le PRG. De plus le contexte actuel nous rappelle la nécessité de soutenir des actions rapprochant les cultures. Nous ne pouvons que nous satisfaire de la réalisation de cette action soutenue par les Services d’Annie Anne.

 

Cette conférence a rassemblé 200 élèves Bas-normands. Ce projet européen organisé en partenariat avec la région de la Toscane en Italie et la région de l’Istrie en Croatie et la région Basse-Normandie a permis la promotion des droits de l’homme.

Durant cette journée, sous la forme d’une simulation d’une conférence internationale, les lycées ont proposé un certain nombre de résolutions concernant le changement climatique, la sécurité alimentaire, les modes de consommation. Le but était de permettre à ces élèves de s’inscrire dans une dynamique du changement.

 

Mis en ligne le 26 janvier 2015

Vos élus du groupe radical de gauche participeront le samedi 31 janvier à la journée "Ensemble, construisons la Normandie"

Hommage à Charlie Hebdo

EXCELLENTE ANNEE 2015

 

Les conseillères régionales
du Parti radical de Gauche

vous souhaitent
une excellente année 2015.

Un vœu, un souhait, une espérance :

Que 2015 nous permette

de construire ensemble

la Normandie de demain,

une Normandie

solidaire, moderne et conquérante !
 

Intervention de Muriel Jozeau-Marigné puis d'Annie Anne, élues du groupe PRG, lors de l’assemblée plénière du conseil régional de Basse-Normandie, le 18 décembre 2014

Discours de politique générale de Muriel Jozeau-Marigné, présidente du groupe PRG.



Assemblée plénière de décembre 2014 - 01... par RegionBasse-Normandie

Première intervention d'Annie Anne, 10ème Adjointe aux affaires européennes et aux relations internationales à propos des fonds européens.

 


Assemblée plénière de décembre 2014 - 01... par RegionBasse-Normandie

 

Deuxième intervention d'Annie Anne, sur la présentation du budget concernant les affaires européennes et les relations internationales.

 


Assemblée plénière de décembre 2014 - 02... par RegionBasse-Normandie

Les élus PRG Normands ont défini plusieurs de leurs priorités pour la réunification.

Les groupes PRG Hauts et Bas Normands se sont réunis lundi 8 décembre.

 

Cette réunion a permis aux élus de définir un cadre de travail pour la Normandie de demain en lien étroit avec nos axes militants.

Les thèmes ont été choisis au regard de la réelle plus-value qu’apporte une vision radicale de gauche comme l’initiative individuelle et l’entreprenariat responsable, l’égalité républicaine et la cohésion territoriale ou encore la laïcité et la participation de tous au développement du territoire.

Tous ces sujets participent à la construction d’une grande Normandie cohérente, ambitieuse et intégrant tous ses habitants des zones rurales comme des villes.

 

Ces orientations au regard de nos valeurs doivent permettre d’être force de proposition pour la Normandie.

Ces thèmes seront détaillés et mis en débat avec nos militants dans les mois à venir.

 

En lien avec ce qui précède et pour organiser notre réflexion, l’association « Laïcité et république » propose une formation le 31 janvier sur  le thème :

« Construction de la grande région NORMANDIE : les priorités des élus –es Radicaux et Républicains. »

Cette formation s’adresse aux élus, aux militants et aux personnes proches des valeurs véhiculées par le PRG.

 

Mise en ligne le 15/12/2014

Nouveau clip du PRG sur la laïcité

Intervention de nos Elues de la Manche sur l’extension de la zone de protection du Mont Saint-Michel

Satisfaction du groupe PRG à l'annonce du texte définitif sur la réunification de la Normandie

Intervention de Muriel Jozeau-Marigné, présidente du groupe PRG, lors de l’assemblée plénière du conseil régional de Basse-Normandie, le 20 novembre 2014

Le PRG fait perdurer l’aide à l’aménagement des rythmes scolaires pour 2015/2016

La présidente du groupe PRG Basse-Normandie Muriel Jozeau-Marigné, aussi adjointe à l’enfance de la ville de Cherbourg félicite Roger-Gérard Schwartzenberg Député PRG pour l’amendement qu’il  a proposé et fait voté.

 

L’aide d’amorçage pour soutenir l’organisation de la réforme des rythmes scolaires sera maintenue  pour l’année scolaire 2015-2016 pour toutes les communes.

 

Cet amendement répond à deux enjeux importants pour le PRG : une éducation de qualité et l’équilibre entre les territoires.

 

Ainsi  les communes pourront maintenir leurs moyens afin d’assurer l'organisation des activités périscolaires. Cela permettra d’une part de soutenir la mise en place d’activité en tenant compte des différences territoriales avec une dotation de 50 € par enfant avec une majoration de 40 € supplémentaire pour les communes les plus défavorisées et d’autre part de soutenir les communes dans une conjoncture économique difficile.



Les radicaux de gauche dans la presse : Pour la réunification

La presse de la Manche, le 29/10/2014.

L’Orne combattante, le 30/10/2014.

Intervention de Muriel Jozeau Marigné, présidente du groupe PRG lors de l’assemblée plénière du conseil régional de Basse-Normandie, le 16 octobre 2014

Annie Anne représente la région Basse-Normandie en Norvège

Annie ANNE s’est rendue à Oslo pour promouvoir l’action de l’Office Franco-Norvégien d’Echanges et de Coopération (OFNEC) et les relations universitaires entre les universités de Norvège et l’Université de Caen. L’apprentissage du Français a fait également l’objet d’échanges. Enfin, à Bergen, capitale du comté de Hordaland, les rencontres ont porté sur les relations, les projets à porter en commun notamment au niveau de la recherche. Par ailleurs une lettre d’intention a été signée dans le cadre des classes du Hordaland et la perspective de la mise en œuvre de la réciprocité dès le printemps 2015 pour un échange avec des lycéens bas normands.

Depuis 1993, notre coopération avec le Hordaland s’étoffe, avec le festival les Boréales, mais aussi sur les questions mémorielles, l’économie, la recherche et l’innovation.


Le 5 octobre 2014

Réunions territoriales en Région


Les élus régionaux du groupe PRG vous informent de leur participation aux réunions publiques sur la réunification.

 

Vendredi 7 novembre : Coutances : Muriel Jozeau-Marigné, Josianne Tomasetto

Jeudi 4 décembre : Saint-Lo : Muriel Jozeau-Marigné, Josianne Tomasetto

Vendredi  5 décembre : Flers : Annie Anne

Lundi 8 décembre : Cherbourg : Muriel Jozeau-Marigné

Jeudi 11 décembre : Bayeux : Annie Anne

Mercredi 17 décembre : Caen : Muriel Jozeau-Marigné, Annie Anne

 

En dessous toutes les dates.

Intervention de Muriel Jozeau Marigné, présidente du groupe PRG lors de l’assemblée plénière du conseil régional de Basse-Normandie, le 25 septembre 2014.

10 avril : Communiqué de presse

Les élues PRG du Conseil régional de Basse-Normandie se félicitent de l’engagement pris par le 1er ministre de réduire le nombre des régions. Les Radicaux de Gauche de Basse-Normandie ont, chaque fois qu’il leur a été possible, plaidé pour la réorganisation des collectivités territoriales et se sont prononcés, de longue date, pour la réunification de la Normandie. Des administrations, la Chambre régionales des comptes, la Chambre d’Agriculture, le Comité régional du Tourisme, sont déjà communes aux 2 régions. Il nous faut aujourd’hui poursuivre et faire de cet engagement une réalité.

Les adversaires de la réunification des deux Normandie, partisans de l'immobilisme, livrent un combat d'élus attachés leur fief, à leur pouvoir, à leur poste. Elargir le périmètre des régions, c’est leur donner les moyens d’une politique territoriale locale plus efficace et leur donner la bonne dimension pour se développer au cœur de l’Europe et tirer avantage de l’économie mondialisée. Mais c’est aussi, dans le même temps, donner aux intercommunalités, aux bassins de vie, toute la latitude pour gérer les difficultés  au plus près des habitants et apporter les réponses adéquates.

Chaque citoyen doit prendre la bonne mesure de cette évolution pour son avenir au quotidien. C’est ce combat pour l’intérêt général que mèneront les Radicaux de Gauche.

 

Venue de Sylvia Pinel, Ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme, le 20 février 2014.

 

 

Lors de l'Assemblée plénière du 20 février 2014.

 

De gauche à droite : Alain Tourret, Muriel Jozeau-Marigné, Sylvia Pinel, Josiane Tomasetto et Annie Anne.

Madame la Ministre,

Le Tourisme constitue un secteur à la fois en pleine expansion et en pleine mutation.

Atout France est le bras armé de l’ambition touristique française, en concentrant les leviers de promotion de la France au niveau international.

Mais, je crois me souvenir, qu’un ancien Ministre du Tourisme que nous connaissons bien, Jean-Michel Baylet, avait créé un observatoire économique du Tourisme. Qui par la suite a disparu, alors que son utilité était avérée.

Pensez-vous ressusciter cet observatoire  économique du Tourisme ?

 

Le tourisme est une filière créatrice d’emplois durables sur l’ensemble du territoire, non délocalisables. L’enjeu de son développement dans le cadre de la bataille pour l’emploi est considérable. D’autant que des dizaines de milliers d’emplois restent non pourvus.

Le tourisme est aussi un secteur clef en termes d’insertion professionnelle des personnes peu qualifiées et notamment des jeunes.

Et du  fait de son ancrage local, il est  un levier unique de maintien de l’emploi dans de nombreux territoires.

 

Même si le secteur a plutôt bien résisté à la crise, et que son potentiel d’emploi reste important, comment relever le  défi de l’attractivité  des métiers du Tourisme, alors que les conditions de travail y sont souvent difficiles, que l’emploi saisonnier y occupe une place importante et qu’il existe pour certains peu de perspectives de carrière ?

Et ensuite, comment adapter, à travers la formation, les compétences  des salariés et des demandeurs d’emploi aux mutations des métiers du  Tourisme ?

Merci pour vos réponses.

 

Muriel Jozeau-Marigné.

8 mars 2014 : Communiqué de Presse

 

70 ans après l’obtention de droit de vote, 40 ans après le remboursement de la contraception par la sécurité sociale, presque 40 ans après la loi Veil, 40 ans après la création d’un secrétariat d’état à la condition féminine, les Radicaux de Gauche rappellent que rien, jamais, n’est acquis, en matière de progrès social et d’égalité et qu’il est bon de rester vigilant et de combattre toute tentation de rétropédalage.

 

La journée du 8 mars est l’occasion de rappeler l’engagement des Radicaux de Gauche pour l’égalité entre les Hommes et les Femmes : la lutte contre les violences faites aux femmes, la lutte contre les stéréotypes dès le plus jeune âge, le combat pour l’égalité professionnelle, le Pass contraception pour les jeunes, les actions de sensibilisation et d’apprentissage de l’égalité entre filles et garçons et un encouragement à l’accès aux formations scientifiques et aux grandes écoles.

 

Les avancées sont là et bien là certes, à l’image des Radicaux qui présentent une jeune femme, Virginie Rozière, aux élections européennes, dans la seule circonscription dont ils ont la tête de liste.

 

Enfin, les Radicaux de Gauche du Conseil régional de Basse-Normandie souhaitent attirer l’attention sur les centres de planning familial. Donner accès à l’information en matière d’éducation à la sexualité permet de lutter contre les stéréotypes. En ces temps de crises économiques et sociales,  ces institutions, qui  remplissent pleinement leur rôle essentiel en matière de régulation des naissances sont aussi un lieu de parole et de lutte contre les violences ou contre l’isolement des femmes. Le soutien à ces structures est un enjeu primordial : enjeu de santé publique, enjeu d’égalité, enjeu de démocratie.

 

Le 8 mars, ce doit être chaque jour de l’année.

 

 Pour les Elues du Groupe Parti Radical de Gauche du Conseil régional de Basse-Normandie, 

Muriel Jozeau-Marigné

 

 

 

 

21 février 2014 : Communiqué de Presse

 

            « Aux Grands Hommes la patrie reconnaissante »

 

 

Vont entrer au Panthéon, quatre personnalités qui ont fortement marqué  l’Histoire de notre pays.

 

Résistants, républicains, farouches opposants aux totalitarismes, tous ardents défenseurs de la liberté, des droits de l’Homme et du citoyen, des valeurs de la république, de la laïcité.

 

Deux femmes, deux hommes. Au Panthéon aussi, l’heure est à la parité.

 

Deux hommes résistants, arrêtés  et victimes de la barbarie, deux femmes résistantes, déportées  et rescapées du camp de Ravensbrück.

 

Germaine Tillion, ethnologue, résistante du Réseau du musée de l’Homme, dénoncée et déportée. Elle a, pour donner une raison de survivre à ses compagnes de déportation,  l’incroyable idée de leur proposer d'écrire Le Verfügbar aux enfers, une «opérette» comique sur le camp. «J'ai écrit une opérette, une chose comique, parce que je pense que le rire, même dans les situations les plus tragiques est un élément vivifiant. On peut rire jusqu'à la dernière minute».

 

Geneviève de Gaulle, résistante elle aussi dans le Groupe du musée de l’Homme, arrêtée par la gestapo, militante des droits  de l’Homme, présidente d’ATD Quart Monde. Elle racontera sa vie de déportée et surtout l’entraide entre femmes dans un livre « la Traversée de la nuit ». Membre du  Conseil économique et social, elle se battra pendant dix ans pour l’adoption d’une loi d’orientation contre la grande pauvreté qui sera votée en 1998.

 

Pierre Brossolette, journaliste en charge de la politique étrangère « au Populaire » au côté de Léon Blum. Membre de la Ligue des Droits de l’Homme, fervent défenseur des idéaux pacifistes et européens.  Dès 1940, Il rejoint le Groupe du musée de L’Homme et participe à la rédaction du journal « Résistance ». Il fut l’un des principaux dirigeants de la résistance, le porte-voix à Londres des combattants de l'ombre. Arrêté par la gestapo, torturé, pour ne pas parler, il se jettera par la fenêtre le 22 mars 1944.

 

Jean Zay, figure emblématique du radicalisme de gauche, secrétaire de rédaction au « Progrès du Loiret », avocat, député du Loiret, ministre de l’Education nationale et des Beaux-Arts du gouvernement du Front populaire. Victime d’une violente campagne de presse orchestrée par Philippe Henriot, le ministre de l’information du régime de Vichy, qui réclame sa mort, il est condamné pour désertion et incarcéré à la maison d’arrêt de Riom. Il ne cherche pas à s’évader et continue à travailler les réformes qu’il pense mettre en œuvre à la Libération. Le 20 juin 1940, trois miliciens de Joseph Darnand viennent le chercher. Son corps sera retrouvé le 22 septembre 1945. Il a été déshabillé, son alliance arrachée, fusillé, jeté dans un puits, des grenades lancées pour qu’il ne puisse être retrouvé et identifié. Le 5 juillet 1945 Jean Zay est pleinement  réhabilité à titre posthume.

 

 

Les élues du Parti radical de Gauche de la Région Basse-Normandie sont particulièrement touchées par la décision de faire entrer au Panthéon ces quatre figures emblématiques des valeurs portées par le Parti Radical de Gauche. Avec une émotion particulière pour Jean Zay.

 

En trois ans, de 1936 à 1939, Jean Zay met en œuvre un grand projet de réforme du système éducatif, l’un des plus élaborés et des plus démocratiques jamais conçus. : former au mieux le plus grand nombre et accorder le maximum de chances à tous.

 

Il prolonge l’obligation scolaire jusqu’à 14 ans et fixe aux instituteurs, à qui il laisse toute liberté d’initiative, la triple mission d’assurer un complément d’instruction, une initiation à la culture, et une orientation professionnelle. Il introduit trois heures  d’éducation physique au primaire, développe les activités dirigées, les classes promenades… sa méthode consistant à susciter les initiatives. Il donne naissance aux CEMEA, les centres d’entrainement aux méthodes d’éducation actives. Il s’oppose au port d’insignes politiques ou religieux à l’école. Il innove avec  la médecine préventive scolaire. Il organise la recherche scientifique et prépare la création du CNRS et de l’ENA.

 

Comme ministre des Beaux-Arts, il crée le festival de Cannes, mais aussi le Musée de l’Homme, le Musée d’Art Moderne, organise l’Exposition Universelle de 1937, lance la Cinémathèque Française, rénove la Bibliothèque Nationale, encourage le principe des bibliothèques mobiles, les bibliobus

 

Léon Blum disait de Jean Zay que "tout en lui respirait la noblesse de la pensée, le désintéressement, la loyauté, le courage, l’amour du bien public".

 

Voué par Vichy à l'oubli éternel, Jean Zay va désormais figurer dans le temple républicain de la mémoire collective.

 

Un prix littéraire, le prix Jean-Zay a été créé en 2005 à l’occasion des célébrations du centenaire de la loi de séparation des Églises et de l’État, qui a pour but de récompenser un livre porteur de valeurs républicaines, qu’il soit consacré à un personnage, une période historique ou une réflexion politique. Il est remis chaque année le 7 décembre pour commémorer la date du vote de cette loi.

 

 

Muriel Jozeau-Marigné

                                                                                  Présidente du Groupe PRG

                                                                                  Conseil régional de Basse-Normandie

 

 

1er Janvier 2014 : Meilleurs voeux 2014

 

Une nouvelle année commence, avec ses projets, ses résolutions, ses ambitions...

 

Osons rêver grand ! Poursuivons le changement.

 

C’est conscients de cette lourde tâche mais également optimistes et confiants dans notre capacité collective à réussir le changement que les Conseillers régionaux de Basse-Normandie vous expriment tous leurs vœux de bonheur pour cette année 2014.

 

Amitiés radicales.

 

 

 

17 juin 2013 : Campagne d'adhésion au Parti Radical de Gauche

Une campagne d'adhésion pour redonner des couleurs à l'action politique.

 

Le PRG, fort de 10000 adhérents, est la deuxième force de la majorité présidentielle, il compte deux ministres au gouvernement, Sylvia Pinel, ministre de l’Artisanat, du commerce et du tourisme, et Anne-Marie Escoffier, ministre déléguée à la Décentralisation.

 

Il dispose d’un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale (RRDP) et d’un autre au Sénat (RDSE).

 

Il préside la Collectivité territoriale de Corse et quatre conseils généraux (Haute Corse, Hautes-Pyrénées, Puy-de-Dôme et Tarn-et-Garonne).

 

 

5 juin 2013 : Article sur la LNPN

La lumière au bout du tunnel

 

Le 13 mai dernier, un accord sur la Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN) a été signé entre l’Etat, les collectivités locales et territoriales et Réseau Ferré de France. Une étape décisive a été franchie. A la clef : réduire les temps de parcours, accroître la robustesse et la régularité du trafic, augmenter la fréquence du nombre de trains.

Après l’étude de plusieurs scénarii, Exécutifs et Politiques se sont entendus sur un phasage à horizons 2025 et 2030, avec une feuille de route claire, réaliste et finançable.

L’investissement majeur des deux prochaines décennies sera donc celui de la LNPN.

Dans un premier temps, l'essentiel des travaux se fera entre Paris et Évreux.
Chiffré à plus de 10 milliards d'euros de Paris à Cherbourg d'une part et de Paris au Havre d'autre part, le projet intermédiaire proposé ramène le coût entre 5 et 6 milliards d'euros, soit la moitié du budget initial.

La LNPN peut donc voir sa première phase réalisée à échéance 2025 et le projet complet pourrait aboutir en 2030.

Il était vital pour notre Région, d’Alençon à Cherbourg, de se rapprocher de la Région Parisienne.

Ce projet est une formidable opportunité, tant pour l’aménagement du territoire que pour le développement économique et l’emploi. Il renforcera l’attractivité de la Basse-Normandie.

Nous nous félicitons de l'esprit de responsabilité qui a prévalu aux annonces effectuées et saluons notamment le travail de fond mené par Laurent Beauvais, Pierre Mouraret et Alain Tourret.

Gageons que l’arbitrage rendu par la Commission Mobilité 21 présidée par Philippe Duron donnera l’élan nécessaire à la concrétisation de la LNPN.

Le président de la SNCF, Guillaume Pépy, avait dit que la Normandie devait désormais être considérée comme "prioritaire pour les futurs investissements".

La Basse et la Haute Normandie ont su avoir une dynamique unitaire pour le bien de tous les Normands.

Et cela réveille tous nos rêves de réunification de la Normandie.

 

Les efforts d’aujourd’hui seront les fruits de demain…

 

Pour le Parti Radical de Gauche,

                                                                                              Muriel Jozeau-Marigné,

                                                           Annie Anne,

                                                           Josiane Tomasetto.

23 avril 2013 : Communiqué de Presse

 

Le projet de loi Taubira, qui ouvre le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, a été adopté définitivement le mardi 23 avril à l’Assemblée Nationale par 331 voix pour et 225 voix contre.

 

Les Radicaux de Gauche sont fiers de voir honorer une proposition défendue par Jean-Michel Baylet lors des primaires citoyennes et devenue un des engagements de campagne du Président de la République. Leurs parlementaires ont pris toute leur place dans ce combat, aux côtés des citoyens, à l’avant-garde de la lutte pour les libertés, pour la conquête de droits nouveaux et pour faire vivre les valeurs d’égalité et de tolérance.

 

La France est le 9ème pays européen à adopter une telle loi soutenue, rappelons-le, par une majorité de français.

 

Les élues du Parti Radical de Gauche du Conseil régional de Basse-Normandie se félicitent de ce vote : c’est avec une fierté immense et une grande joie qu’elles saluent un progrès essentiel dans la lutte contre les discriminations, une avancée très attendue de l’égalité des droits et l’affirmation chère aux radicaux de gauche des valeurs républicaines qui fondent notre société.

 

Une nouvelle page s’est inscrite dans l’histoire française des libertés publiques.

 

 

Pour les élues du Groupe Parti Radical de Gauche

du Conseil régional de Basse-Normandie,

La présidente du groupe,

Muriel Jozeau-Marigné

 

samedi 06 avril 2013 - Toute l'actualité du grand ouest > Normandie - Décentralisation : les élus régionaux s'inquiètent - Normandie

"Plusieurs conseillers régionaux, à gauche comme à droite, ont exprimé hier, lors de l'assemblée plénière, leurs craintes face aux projets du gouvernement.

« La question de la superposition de l'échelon régional et départemental mérite aujourd'hui d'être reposée. Je reste modeste. Je n'ai pas la solution mais il faut évoquer ce sujet. » À l'image de Laurent Beauvais, président PS, les conseillers régionaux ont saisi au vol l'actualité du dossier de la décentralisation. Double actualité avec l'annonce cette semaine d'une refonte du texte gouvernemental sur l'acte 3 de la décentralisation et le référendum en Alsace ce week-end pour la création d'un conseil unique réunissant deux départements et la région (lire page 5).

« Regardons ce qui ce passe ce week-end en Alsace, propose Laurent Beauvais. La Basse-Normandie n'est pas l'Alsace mais le temps est venu de réfléchir à une plus grande mutualisation. Il est nécessaire très vite de mettre un peu d'ordre. » Pour Joël Bruneau (UMP), la démarche de l'Alsace est « une bonne initiative qui rejoint le projet de loi territoriale de l'ancien gouvernement. Projet que la nouvelle majorité s'est empressée de supprimer. »

Sur les projets du gouvernement en matière de décentralisation, la perplexité traverse tous les rangs. « Le texte actuel ne répond pas aux besoins de la Région », note Laurent Beauvais. Mickaël Marie (EELV) regrette que des avancées plus fortes ne soient pas prévues. Il y voit même « une dramatique reculade ». Muriel Jozeau-Marigné (PRG) demande « une clarification des blocs de compétences entre les différentes collectivités ».

Plongeant dans le détail du texte, Philippe Augier (NC) dénonce une « catastrophe ». Dans son viseur, le projet de transposer la compétence du tourisme de la région vers le département.

« Il s'agit de la première filière économique régionale, l'une des plus fortes dans notre région, note le maire de Deauville. Ses perspectives de croissance sont très importantes. Pourquoi casser cet élan en s'intéressant plus à la structuration politique qu'au développement économique ? » Un avis partagé par Laurent Beauvais."

Jean-Christophe LALAY.

6 avril 2013 : Communiqué de Presse

L’observatoire de la Laïcité, crée en 2007 mais qui n’a jamais fonctionné jusqu’ici, a maintenant un président, Jean-Louis Bianco, ancien ministre et ancien Secrétaire général de l’Eysée, et quinze membres nommés, d’après des arrêtés publiés samedi  6 avril 2013 au Journal officiel. A la fin de son mandat, le président Jacques Chirac avait souhaité la création d’une telle instance chargée de veiller au respect de la laïcité dans les services publics. Mais son successeur, Nicolas Sarkozy, n’avait jamais donné suite. En décembre dernier, le président François Hollande avait annoncé qu’il donnerait vie à cet observatoire en 2013 en le dotant d’une mission supplémentaire: formuler des propositions sur la transmission de la morale laïque à l’école. Jeudi, un arrêté du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault l’avait renouvelé pour cinq ans. Parmi les membres de l’observatoire, quatre parlementaires: le député PS Jean Glavany, la députée UMP Marie-Jo Zimmermann, la sénatrice PRG Françoise Laborde et le sénateur UMP François-Noël Buffet. Ensuite une dizaine de membres (philosophe, chercheurs, juriste….) sont désignés « en raison de leur compétence et de leur expérience », d’après le texte de l’arrêté. Cette instance renaît alors que les débats font rage sur la nécessité d’une nouvelle loi sur la laïcité, notamment pour étendre l’interdiction des signes religieux ostensibles aux établissements accueillant des petits enfants. Ces débats ont été relancés par une décision de la Cour de cassation, qui a invalidé le 19 mars le licenciement d’une employée voilée de la crèche Baby Loup, au motif que le principe de laïcité ne s’applique pas dans le secteur privé.

7 mars 2013 : Communiqué de presse

8 Mars 2013, Journée internationale des Droits des Femmes : Muriel Jozeau-Marigné, Annie Anne, Josiane Tomasetto, élues du Parti Radical de Gauche au Conseil régional de Basse-Normandie soutiennent l’action du Gouvernement et les 13 propositions du PRG national.

 

 

Depuis plus d’un siècle, les femmes ne cessent de revendiquer l’égalité des droits, de meilleures conditions de travail, de meilleures conditions de vie et cependant force est de constater que leur situation reste très insatisfaisante et invite à la plus grande vigilance.

 

Cette journée est encore une fois l’occasion de rappeler l’engagement des Radicaux de Gauche pour l’égalité entre les Hommes et les Femmes : la lutte contre les violences faites aux femmes, la lutte contre les stéréotypes dès le plus jeune âge, le combat pour l’égalité professionnelle…

Aussi le Parti Radical de Gauche se félicite-t-il que le Gouvernement de François Hollande dans son ensemble et par l’intermédiaire de sa Ministre des Droits des Femmes et porte-parole du Gouvernement s’engage avec force et mette en place de nombreux outils pour agir.

En effet, le 8 mars c’est bien toute l’année.

 

Convaincues que l’égalité des Femmes et des Hommes constitue la dimension essentielle de toute démocratie, les élues radicales de Gauche du Conseil régional de Basse-Normandie s’engagent et entendent mettre les Droits des Femmes au cœur de la politique avec les 13 propositions du PRG pour 2013 et les propositions complémentaires suivantes : le Pass contraception pour les jeunes sur le territoire bas-normand, le renforcement de lieux d’accueil (garderies, crèches 7 jours sur 7 et 24h sur 24h…), des actions de sensibilisation et d’apprentissage de l’égalité entre filles et garçons et un encouragement à l’accès aux formations scientifiques et aux grandes écoles, la création d’un observatoire régional de l’égalité et la mise en œuvre d’un plan d’actions régionales pour transformer les pratiques individuelles et collectives de la Région dans son rôle politique, son fonctionnement interne et la mise en place des politiques publiques.

 

Pour les Elues du Groupe Parti Radical de Gauche

du Conseil régional de Basse-Normandie 

Muriel Jozeau-Marigné, Présidente du groupe PRG

 

 

                                                    

12 février 2013 : Communiqué de presse

"En ce jour de vote solennel à l’Assemblée Nationale, les élues du groupe PRG du Conseil régional de Basse-Normandie se félicitent du progrès historique que représente le projet de loi instituant le droit au mariage et à l’adoption pour les couples de personnes de même sexe. Elles se félicitent également de l’amendement n 4361, visant à introduire dans le code civil l’affirmation du caractère républicain de la célébration du mariage, proposé par le député PRG Alain Tourret. Enfin, elles saluent le panache et la détermination de Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux."

 

1er février 2013 : Un nouveau bureau pour les Radicaux de Gauche de l'Orne

 

Un nouveau bureau de la Fédération PRG de l'Orne est en place.

 

Il est composé de

 

- Thierry Jeantet, président, conseiller municipal et délégué à la CDC de Mortagne au Perche, délégué général national du PRG,

- Thierry Pinot, vice-président, maire de l'Aigle,

- Léon Guerrini, vice-président,

- Marie-Jo Pierre, secrétaire générale, adjointe au maire d'Argentan,

- Marcel Saussais, secrétaire général adjoint,

- Christophe Lecat, trésorier.

La section ornaise de l'association des élus divers gauche et radicaux de gauche est présidée par Alain Berthelot, maire divers gauche de Larré.

 

Les Conseillères Régionales PRG du Conseil Régional de Basse-Normandie sont ravies et ont hâte de travailler avec la nouvelle équipe.

19 janvier 2013 : Manifestation pour le Mariage pour Tous

La Présidente du Groupe PRG au Conseil Régional de Basse-Normandie,  représentait  le parti lors de la manifestation en faveur du "Mariage pour Tous", samedi 19 janvier à Cherbourg.

Malgré le froid très hivernal, la manifestation a regroupé 250 personnes.

1er janvier 2013 : MEILLEURS VOEUX 2013

 

 

Nous vous souhaitons

une année 2013,

riche en belles surprises,

en petites joies

et en grands bonheurs.

 

Amitiés radicales.

 

Vendredi 9 novembre 2012, les premiers emplois d’avenir ont été signés sous la Présidence de Bernard CAZENEUVE, Ministre délégué aux affaires européennes.

S. Travert, Député de la Manche ; S. Delaunay, M. Jozeau-Marigné, Conseillère Régionale PRG, L. Beauvais, Président du Conseil Régional, B. Cazeneuve, Ministre aux Afffaires Européennes et JK Deschamps, 1er Vice-Président  du Conseil Régional
S. Travert, Député de la Manche ; S. Delaunay, M. Jozeau-Marigné, Conseillère Régionale PRG, L. Beauvais, Président du Conseil Régional, B. Cazeneuve, Ministre aux Afffaires Européennes et JK Deschamps, 1er Vice-Président du Conseil Régional

La loi portant création des emplois d’avenir a été promulguée le 26 octobre 2012 et est entrée en vigueur le 1er novembre 2012. Vendredi 9 novembre, Bernard CAZENEUVE était de retour à Cherbourg pour signer 5 emplois d’avenir en présence de nombreuses personnalités dont Monsieur Adolphe COLRAT Préfet de la Manche et Monsieur Laurent BEAUVAIS Président du Conseil Régional de Basse-Normandie.

 

Dans son discours de présentation, Monsieur le Ministre a souligné : "Les emplois d’avenir, qui s’adressent à des jeunes souvent désespérés devant la complexité du marché de l’emploi aujourd’hui, témoignent de la volonté du gouvernement de former et d’insérer dans la vie active des personnes motivées."